Home Actualités LA CULTURE GNAOUA BIENTOT AU PATRIMOINE MONDIAL de l’UNESCO...

LA CULTURE GNAOUA BIENTOT AU PATRIMOINE MONDIAL de l’UNESCO ?

 Par Pascale GUISLAIN                                                                                                                     Photo TelQuel.ma

 

Dix ans qu’on en parle! … mais cette fois l’affaire semble bien engagée, voire sur le point d’aboutir. La demande de l’inscription de la culture gnaoua au Patrimoine Mondial de l’humanité a bien été entérinée par l’UNESCO…. avec une décision finale en Décembre 2019!

L’ entrée officielle   au Patrimoine immatériel de l’Humanité comblerait bien sûr les attentes des initiateurs  du Festival Gnaoua d’Essaouira  et de tous ceux qui y ont participé depuis plus de 20 ans. Avec l’Association Yerma Gnaoua, le Festival s’attache depuis 1998 à faire connaître, respecter et apprécier l’art et la musique gnaoua au Maroc et au-delà. Et ce n’était pas chose gagnée au départ. Il y avait même pour les Gnaouas un risque de tomber peu à peu dans l’oubli, leur culture étant alors assez souvent méconnue et parfois méprisée. Ce premier pari est aujourd’hui gagné. On peut même dire que les Gnaouas ont gagné leurs lettres de noblesse, auprès du public comme parmi les nombreux artistes (souvent venus d’autres horizons musicaux) ayant partagé la scène d’Essaouira avec Mâalems et musiciens gnaouas. Même si le volet « commercial » d’un festival est regretté ou critiqué par certains puristes qui redoutent que la tradition gnaoua n’y perde de son âme, force est de reconnaître que les grands Mâalems sont aujourd’hui celébrés et bien considérés …

Plus largement, beaucoup verraient dans une inscription au Patrimoine immatériel de l’Unesco une reconnaissance de la part africaine de la culture Maghrébine … Pour rappel, les GNAOUAS rejoindraient dans la liste prestigieuse l’Espace culturel de la Place Jamaâ el Fna de Marrakech, le Moussem de Tan Tan, la diète méditerranéenne, la fauconnerie, le Festival des Cerises de Sefrou, les Arganiers marocains et la danse Taskiwin du Haut-Atlas).

Rappelons en quelques lignes  QUI  SONT  LES  GNAOUAS, présents essentiellement au Maghreb et plus sporadiquement dans quelques autres pays ( l’Egypte par ex).

Si on hésite parfois sur l’étymologie de leur nom ( « gnaoua »  vient peut-être de « Guinée » ? ou de « Ghana » ?  et  pourrait signifier « homme noir ») , on s’accorde à dire que les Gnaouas actuels descendent des esclaves  passés au Mali puis au Maroc depuis l’Afrique sub saharienne . Ils sont arrivés avec leurs croyances ( imprégnées d’animisme et régies par les djinns) , leurs cultes et leurs traditions musicales, et les sont ensuite imprégnées d’Islam ( ainsi que de certains éléments des religions juive ou chrétienne ). Les Gnaouas sont réunis en confréries mystiques, qui pratiquent une musique de transe. Le rituel gnaoua s’articule ainsi autour du mâalem (qui est à la fois maître-musicien et thérapeute) , des musiciens , des voyantes -thérapeutes, des médiums et de simples adeptes. Les instruments de musique essentiels , qui sont le  guembri  ( sorte de luth à 3 cordes particulièrement sacré pour les gnaouas ) les crotales et le tambour , vont rythmer le rite de possession qui se déroule lors de la « lila de derdeba ». Durant toute la nuit, le mâalem mènera musiciens et assistance à travers les étapes rituelles de la possession  symbolisées par les couleurs vert, noir, rouge, blanc et bleu et  marquées par des danses , des gestuelles et les transes.

Il faut bien préciser que l’art et la musique gnaoua ( ou « tagnaouite » en berbère) ne se réduisent pas à ce qui s’est diffusé via le Festival et les différentes fusions. La culture gnaoua a  gardé sa part de mystère et de confidentialité , ce qui signifie concrètement que les « lilas » et les séances thérapeutiques ne sont pas publiques, et ne sont jamais présentées  sur scènes. Inversement, on peut dire que les acrobates etc… qui accompagnent les musiciens gnaouas ( place Jamâa el Fna par ex) relèvent d’ une version plus « commerciale »,  ni traditionnelle ni rituelle.

Pour le définir, disons enfin que le genre musical gnaoua appartient au genre mystico-religieux, rythmé par des invocations et litanies , sur une polyrythmique binaire et ternaire.

On trouve évidemment sur INTERNET ( youtube par ex) des concerts ou extraits d’albums de mucisiens gnaouas              ( mâalem Hamid el Kasri, Bakbou, Alikane etc…)

Plusieurs ouvrages traitent aussi de la culture gnaoua de façon claire et abordable . Par exemple « Le Tourbillon des Génies » de Bertrand Hell chez Flammarion, ou encore « Les GNAOUA du MAROC » d’Abdelhafid CHLYEH

Enfin, l’art GNAOUA s’exprime aussi dans la peinture. Mohamed TABAL ( dont le nom signifie précisément « tambour ») en est le représentant le plus célèbre.

tableau tabal 3

tableau tabal1

tableau tabal2

pas de commentaires

Postez une réponse