Home fes LA PLUIE, INVITEE INOPPORTUNE DES MUSIQUES SACREES...

LA PLUIE, INVITEE INOPPORTUNE DES MUSIQUES SACREES DE FES

Les parapluies fleurissent lors de la soirée d’ouverture…(Photo site fesfestival.com)

 

Pour la 22ème édition du Festival des Musiques Sacrées du Monde qui vient de se tenir à FES, on avait annoncé plusieurs innovations: nouveaux lieux ( le grand jardin Jnan Sbil remplaçant le mythique jardin Batha), nouvelle organisation pour le Forum, mise en vedette d’un pays (l’Inde en l’occurrence cette année) etc…Mais il n’était pas programmé qu’une nouvelle donne météorologique régnerait en plus sur la semaine! Or la pluie s’est bel et bien invitée , et même incrustée,  sur  la presque totalité du Festival. Avec son lot de conséquences désagréables: un « grand concert » annulé au dernier moment ( ironie du sort, celui de Oumou Sangaré, dont un concert prévu l’an dernier à Fes avait déjà été annulé pour orage!!), de longues attentes ( sous la pluie évidemment) avant de savoir si tel concert était maintenu ou non, des vedettes chantant sous les averses ( mention spéciale pour la réunionnaise Christine SALEM et son guitariste, dont la bonne humeur et la bonne volonté ont forcé l’admiration!), une nuée de parapluies bouchant toute la vue ( heureusement brièvement!) lors du concert d’ouverture, des concerts délocalisés, des spectateurs mouillés et/ou se plaignant d’avoir froid….bref, un contexte propre à susciter le mécontentement des festivaliers et le stress des organisateurs!

A vrai dire,la pluie n’a pas été une surprise, car dix jours avant le début du Festival, les prévisions météorologiques concordaient déjà pour annoncer une semaine de pluie , de nuages et de fraîcheur…Du coup, certains festivaliers se sont montrés assez sévères envers les organisateurs,  regrettant des hésitations , un manque d’équipements de protection, voire  l’absence de « plans B » automatiques pour gérer sans délai  cet aléa météorologique. Car,  même si la solution « miracle » n’était évidemment pas facile à trouver, la parade a pu sembler un peu longue à se mettre en place, et surtout, la communication a quelque peu bégayé au départ… D’où un certain  agacement parmi un public déjà déçu par le temps!  Parions qu’à  l’avenir  les organisateurs  tiendront  compte de cet épisode pour mieux  anticiper  les contraintes de dernière minute, y compris climatiques,  et , ce qui semble plus facile,  pour améliorer la communication…

Par ailleurs, heureusement, cette 22ème édition proposait une programmation de qualité ( merci à Alain WEBER, directeur artistique!)…et des moments exceptionnels ont malgré tout jalonné la semaine ( voir les articles à venir sur culture-et-plus!)

pas de commentaires

Postez une réponse