Home Tags Posts taggé avec "jazz"

jazz

Photo Le guide des festivals.

Sur les agendas de la rentrée, un créneau privilégié est à noter depuis plus de 30 ans:

LE  TOURCOING  JAZZ  FESTIVAL                                   

… un rendez vous à la fois attendu, mais sans routine . Et la 32ème édition promet d’être à la hauteur des précédentes, avec une programmation associant qualité et ouverture.

Entre le 13 et le 20 octobre on pourra donc  applaudir  des  « valeurs sûres »        ( d’ailleurs fidèles au Festival pour certaines) : Airelle BESSON, Vincent PEIRANI, Chucho VALDES, André MANOUKIAN ou encore Anouar BRAHEM… mais aussi partager des découvertes et peut-être des coups de coeur ( par exemple pour la chanteuse KIMBEROSE ?).

Du JAZZ avant tout bien sûr, mais « dans une ambiance colorée et métissée musicalement ». Ceci grâce à des artistes musiciens talentueux, et aussi à des VOIX ( Hugh COLTMAN et Fatoumata DIAWARA pour ne citer qu’eux). Attention, certains concerts sont d’ores et déjà complets! IL  EST  GRAND  TEMPS  DE  RESERVER!

Les principaux lieux du Festival sont connus des habitués: Théâtre de Tourcoing, Colisée de Roubaix, Maison Folie de l’Hospice d’Havré, et mythique Magic Mirrors… A noter cette année de nouveaux partenariats et actions . D’abord un  » pré festival » début octobre, qui tournera entre la Maison Cavrois à Croix ( complet), Neuville en Ferrain, Lesquin , Mouscron et Gruson ( avec la trompette d’Airelle BESSON et l’accordéon de Lionel SUAREZ). Ensuite un cycle JAZZ et LITTERATURE en partenariat avec les médiathèques, et au MUBA , des lectures du discours d’Albert CAMUS pour la remise du Nobel accompagnées par des musiciens du département jazz de Tourcoing.

Yann SUBTS, directeur du Festival, Patrick DREHAN, directeur artistique et toute l’équipe d’organisation sont dans les starting block … plus que 5 semaines à attendre!

tourcoing-jazz-festival.com pour programmation détaillée, informations et billetterie

 

PHOTO  LE PARISIEN

Seuls les superlatifs sont à même d’évoquer ARETHA FRANKLIN, qui a quitté ce monde pour celui des légendes le 16 Août dernier…

En 2010 , le magazine Rolling Stone la désignait  » meilleure chanteuse de tous les temps ». Une consécration méritée si on se rappelle que la Reine du Soul a enregistré 42 albums studio et vendu plus de 75 millions de disques. Première chanteuse noire à faire mieux qu’Elvis Presley, ARETHA a reçu 18 grammy awards, et d’innombrables nominations. 

Une immense chanteuse/auteure/compositrice de GOSPEL, de SOUL, de RYTHM and BLUES, de FUNK et de JAZZ, devenue aussi une véritable icône dans son engagement de féministe noire américaine. On l’a vue aux côtés de Martin Luther KING puis de nombreuses personnalités marquantes voire historiques, et bien sûr, entendue lors de l’investiture d’un  Barack OBAMA ému aux larmes.

Le destin personnel d’Aretha Franklin fut plus tortueux et compliqué. Chanteuse dès son plus jeune âge ( dans l’Eglise de son père, Révérend connu pour ses prêches, lui-même grand amateur de musique…. et adepte du cannabis), déjà mère de 2 enfants à l’âge de 15 ans, elle connut ensuite des relations amoureuses et conjugales mouvementées et souvent douloureuses. Peut-être sont-elles à l’origine des addictions qu’elle dut combattre durant des décennies ( tabac, alcool, puis lutte contre l’obésité..)?

Impossible de choisir entre ses titres mythiques ( « Respect », « You make me feel like », »A natural Woman », « I never loved a man » …), pour la plupart enregistrés sous le label Atlantic entre 1967 et 1980, entre ses duos bluffants ( avec Keith Richard, George Michael, Elton John etc…), ou même entre ses différents styles musicaux ( gospel, blues, jazz..)

Alors, pourquoi ne pas écouter un titre moins souvent diffusé, « Suzanne », chanson d’un autre grand de la chanson, Léonard COHEN ? ARETHA FRANKLIN se l’approprie magistralement…

:P hoto Club des Lombards

Le concert « Alfredo RODRIGUEZ Trio » du Tourcoing Jazz Club était plus que complet en cette fin mars… et on comprend pourquoi si on regarde les villes-étapes de la tournée du Trio  qui présente son nouvel album ( Little Dream) de Paris à Marciac en passant par Rome, Tokyo ou Detroit!

Les amateurs tourquennois ont donc mesuré leur chance et n’ont pas boudé leur plaisir devant la virtuosité et le talent du jeune pianiste cubain, d’autant qu’ils ont eu droit à un vrai show musical, grâce au batteur (Michael OLIVERA GARCIA)  et au bassiste (Munir HOSSN) . Les 3 artistes ont joué et improvisé avec un plaisir manifeste et comunicatif , confirmant en live la qualité de leur nouvel album.

Né en 1985 à Cuba dans une famille très sensibilisée à la musique, Alfredo RODRIGUEZ  y a étudié le piano classique avant de se tourner vers le Jazz . En 2006 , le pianiste est sélectionné pour le Festival de Montreux et Quincy JONES le remarque. En 2007, il forme son premier Trio ( déjà avec OLIVERA GARCIA à la batterie). En 2009, il demande l’asile politique aux USA et depuis lors, il a participé aux grands festivals de Jazz , tourné dans le monde entier et travaillé avec des « pointures » telles que Herbie HANCOCK.

Le talent d’Alfredo RODRIGUEZ fait l’unanimité ( nomination aux Grammy en 2015 pour son arrangement de Guantanamera), et il est d’ores et déjà considéré comme le symbole de la relève du Jazz cubain…. Ne pas manquer un de ses concerts si la chance se présente!

 

Album  » THE LITTLE DREAM »

Site internet de l’artiste: www.alfredomusic.com

 

 

Photo Le Progrès

Victime d’une crise cardiaque, le grand violoniste Didier LOCKWOOD a quitté ce monde le week-end dernier, à 62 ans seulement. Sa mort soudaine a sidéré et violemment attristé tous ceux qui avaient croisé sa route ou simplement aimé son approche de la musique… et ils sont légion, du plus célèbre ( Louis  BERTIGNAC, les CAPUCON, Emmanuel MACRON, et tant d’autres de part le monde …) au plus modeste.

Car Didier LOCKWOOD, musicien à l’immense talent et homme aux mille projets, a profondément marqué le monde du jazz et bien au-delà du jazz.

Né à Calais en 1956, il démarre l’étude du violon à 7 ans ( son père enseigne la musique). Très tôt, grâce à un frère aîné pianiste de jazz, Didier LOCKWOOD est attiré par l’improvisation . A 17 ans, c’est avec le groupe de rock progressif MAGMA qu’il démarre sa carrière. Remarqué par Stéphane GRAPPELLI, il entamera ensuite une carrière solo, et jouera avec les plus grands ( Michel PETRUCCIANI, Miles DAVIS, Herbie HANCOCK, Claude NOUGARO etc …etc…). Grand représentant du jazz français à l’étranger, virtuose  de  « tous »  les  jazz    ( electro jazz, jazz manouche …), Didier LOCKWOOD a assuré quelques 4500 concerts et réalisé plus de 35 enregistrements ( son dernier album, « OPEN DOORS » est sorti fin 2017). Par ailleurs, militant pour une « musique sans frontières et sans a priori », il avait à coeur d’explorer en permanence des horizons nouveaux et avait toujours un ( ou plusieurs!) projet(s) en tête. C’est ainsi qu’il travailla sur 2 opéras, composa plusieurs concerti et de nombreuses musiques de films. Il connut aussi un grand succès avec  » Le jazz et la diva » ( avec sa première épouse Caroline CASADESUS), fut parrain d’innombrables festivals….Mais surtout, Didier LOCKWOOD s’est beaucoup investi dans la formation et la pédagogie musicales, allant jusqu’à créer le Centre des Musiques Didier Lockwood à Dammaries-les-Lys . Il s’est souvent fait l’avocat d’un enseignement musical attractif , en-dehors des carcans trop théoriques ou élitiste

Didier LOCKWOOD avait épousé la soprano Patricia PETIBON en 2015

Photo Tourcoing Jazz

Ils sont nombreux les génies du Jazz qui ont vécu et se sont révélés à CHICAGO! De Louis ARMSTRONG  ou Jelly Roll MORTON à Herbie HANCOCK en passant par Benny GOODMAN, impossible de citer tous les talents de la « Ville des Vents ». C’est dans cette lignée que vient désormais s’inscrire un jeune trompettiste de 29 ans, Marquis HILL.

Star montante de la trompette, Marquis HILL a déjà partagé la scène avec de très grands musiciens ( Joe LOVANO entre autres) et le NEW YORK  TIMES parle à son sujet de « talent intimidant »… Révélé à l’international en 2014, lorsqu’il remporte la prestigieuse compétition du Thélonious MONK Institute of Jazz, Marquis HILL se produit actuellement sur diverses scènes françaises (Tourcoing, Paris…) et européennes avec BLACKTET , un quintet puissant, original et talentueux….( trompette, batterie, contrebasse, saxophone et vibraphone). L’énergie (communicative!) des 5 musiciens est impressionnante, amplifiée par leur complicité musicale et un plaisir  manifeste de jouer ensemble… A découvrir!

 

Le pianiste Jacky Terrasson sera en concert au Tourcoing Jazz Club le 10 Avril prochain…une bonne nouvelle, car le cadre intimiste de la Maison Folie de l’Hospice d’Havré parait  idéal pour (re)découvrir cet artiste talentueux, ouvert sur le monde et au répertoire varié.

C’est aussi l’occasion de rappeler l’essentiel de son parcours… Première chance pour Jacky Terrasson, il naît ( en 1965) d’un père français et d’une mère américaine, ce qui lui ouvrira  2 cultures musicales, qu’ il aura le don d’ associer sans rien perdre de chacune d’elles. Sa formation se fera donc des deux côtés de l’Atlantique ( tout comme sa vie , aujourd’hui encore!) … Il commence  par des études de  piano classique, puis il aborde le jazz … et les expériences s’enchaînent alors très vite  pour le jeune Jacky Terrasson : il étudie à Boston, joue à Chicago puis à New York… et, au passage, de retour en Europe, il accompagne  Dee Dee Bridgewater…

C’est  à partir des années 90 que Jacky Terrasson voit son talent  régulièrement récompensé:

En 1993 il remporte le Prix International de piano jazz  Thélonius Monk, avant d’accompagner Betty Carter en tournée mondiale

En 1995  le Prix Boris Vian lui est attribué , en 2003 , ce sont  les Victoires du Jazz, puis  le Djangodor etc..

Ces dernières années il a collaboré avec des artistes renommés ou prometteurs : citons simplement Ibrahim Maalouf ( pour Diachronism en 2009) ou encore Michel Portal, Stéphane Belmondo et Cécile Mac Lorin ( Album Gouache en 2012, année où il forme un nouveau groupe, avec le contrebassiste Burniss Earl Travis et le batteur Justin Pauwel)..

Le maître mot de Jacky Terrasson est de ne pas se laisser enfermer dans un style ou un savoir-faire. Il explore , il propose, sans jamais rester confiné dans un genre musical. On le connait pour le be-bop , mais aussi pour son admiration pour Monk ou Bud Powell qui l’ont beaucoup influencé. Le style de Jacky Terrasson est très percussif, avec une capacité assez unique à changer typiquement l’intensité sonore, passant instantanément du « piano » au « pianissimo » et créant ainsi un rapport particulier à l’auditeur…   Entre vélocité dans les tempos rapides et intimité dans les  balades, on savoure  chez lui une musicalité personnelle et colorée, tout à la fois forte et nuancée.

CONCERTS  (avec Earl Travis à la contrebasse et Lukmil Perez à la batterie)

                              le 10 Avril 2014  au  Tourcoing Jazz Club            tél  03 59 63 43 63  

                              le 11 Avril 2014  aux  Arcades  à  Faches-Thumesnil  

RESTEZ CONNECTE