Home Sorties

Par Pascale GUISLAIN                                                                                                   Photo hotelslittéraires.com

La définition des Hôtels Littéraires est simple: ils sont  » conçus par des amoureux des livres et de la littérature pour recréer l’univers d’écrivains célèbres dans une ambiance 4 étoiles ».

A  l’origine du concept, on trouve Jacques LETERTRE , un homme d’affaires cultivé, diplomé ( y compris de l’ENA)   et culturellement motivé! Bientôt rejoint par son fils Alban, Jacques LETERTRE précise et organise son idée de départ , celle de faire partager la passion d’un écrivain dans une ville ou un quartier où il a vécu… en suscitant une émotion directe chez le client-visiteur. A ce jour, 3 Hotels Littéraires ont été ouverts à Paris ( dédiés à Marcel PROUST , à Marcel AYME et à Arthur RIMBAUD, et situés dans des quartiers chers à ces auteurs), 1 Hôtel existe dans le coeur historique de  Rouen ( Gustave FLAUBERT) et 1 autre à Clermont-Ferrand  ( consacré à Alexandre Vialatte, auteur  « notoirement méconnu » ).

La décoration de l’hôtel doit évidemment rendre hommage à l’écrivain choisi et à son oeuvre, « coller » à l’univers de l’auteur…. Une architecte (Aude Bruguière) et des décoratrices sont en charge de cette étape essentielle..

Ensuite, chaque Hôtel Littéraire est doté d’un  » espace collections «  ( manuscrits, oeuvres d’art, objets d’époque etc..).

Une bibliothèque met , dans chaque établissement, de nombreux livres en plusieurs langues  à disposition des clients, qui peuvent emporter l’ouvrage dans leur chambre ( plus de 500 livres sont par exemple proposés « chez » Marcel Aymé.

Enfin, et ce n’est pas le moins intéressant,  des événements sont organisés en liaison avec le quartier ou la ville de l’Hôtel ( attributions de prix, signatures, spectacles …).

LE SITE   www.hotelslitteraires.fr    PRESENTE CHAQUE  ETABLISSEMENT ( choix de la localisation, taille de l’établissement, photos, tarifs , disponibilités et réservations), ainsi que des articles de presse sur le concept et les hôtels ouverts et en projet.

A noter qu’à Paris par exemple , on trouve d’autres établissements  affirmant eux aussi  une  personnalité             » littéraire ». Citons par exemple le Monte Cristo ( rive gauche), consacré à Alexandre DUMAS,  « l’Hôtel  » ( à St Germain des Prés), qui fut la dernière demeure d’Oscar Wilde,  le Pavillon des Lettres plutôt luxueux, et aussi une ancienne Librairie du Marais qui propose une chambre-suite familiale. 

 

Par Pascale GUISLAIN                                                                      L’Arbre d’Or  ( Photo Femme Actuelle )  

 

Bien évidemment, ce n’est pas Walt DISNEY qui a « inventé » Merlin l’Enchanteur ( même s’il en a fait un personnage bien sympathique)!   En fait, dès le Moyen-Age, des textes évoquent une forêt mythique liée à la légende arthurienne , où  Merlin, Lancelot, les fées Viviane et Morgane , Arthur, les Chevaliers de la Table Ronde etc…( et aussi tout un « petit peuple » de lutins),  vont vivre, aimer, lutter, jeter des sorts… et marquer de leur passage des lieux empreints de magie. 

Mais où se situe cette Forêt bientôt connue sous le nom de « BROCELIANDE »? Les premiers écrits ne le précisent pas ( tout juste Chrétien de Troyes évoque-t-il  » la Bretagne »… ce que certains interpréteront d’ailleurs comme la  » Grande Bretagne ») . Il faudra attendre la fin du 18éme siècle pour que le nom de PAIMPONT apparaisse vraiment, et 1850 pour qu’ »officiellement », la Forêt de PAIMPONT soit considérée comme celle de BROCELIANDE ,  grâce à la comparaison de sites de cette forêt ( fontaines, rochers etc…) avec les descriptions légendaires. Le consensus sur la localisation de Brocéliande est aujourd’hui presque total, mais pas tout à fait, certains évoquant encore d’autres lieux possibles ( vers le Mont St Michel par exemple).

Les visiteurs sont en tout cas nombreux à rechercher la magie de BROCELIANDE et la trace des fées et de Merlin. L’Office du Tourisme de Paimpont et la Communauté de communes de Brocéliande l’ont bien compris, et gèrent l’accueil de ces touristes avec efficacité, voire originalité. C’est d’abord,  « LA  PORTE  DES  SECRETS » , un   » parcours-spectacle féérique   et immersif » qui leur est proposé. Pendant une heure environ, et grâce à la vidéo, au maping et aux effets spéciaux, les spectateurs font connaissance avec Brocéliande , ses légendes et ses habitants, tout en déambulant dans des décors élaborés et plutôt bien conçus, et grâce à une narration assez vivante pour intéresser adultes et enfants.

De quoi donner envie d’aller voir sur site! … Et là, soit on préfère le faire seul et en toute liberté….soit on choisit de se laisser guider vers les endroits les plus mythiques et significatifs ( Le VAL SANS RETOUR , fatal aux amoureux volages, la FONTAINE de BARENTON qui peut déclencher la pluie ou l’orage, le MIROIR aux FEES, le SIEGE de MERLIN ou encore L’ARBRE d’OR ,beaucoup plus contemporain mais qui a néanmoins rejoint la légende…) . C’est l’occasion d’une longue promenade vivante et originale, car elle se fait avec un(e) GUIDE-CONTEUR(euse)  , ce qui rythme la visite et même enchante les grands et les moins grands …

Au final, une excellente journée au pays des légendes…. mais attention aux korrigans facétieux!!

 

Tous les renseignements se trouvent sur le site internet,  avec les différentes options proposées, les tarifs et une réservation des visites possible en ligne. (Sur place , lorsqu’on arrive dans PAIMPONT, l’accès à La Porte des Secrets est bien fléché)

www.portedessecrets-broceliande.bzh

Pour info, Paimpont se trouve à 30 mn de Rennes, 1h30 de Lorient, 1h 40 de Nantes

 

 

Par   Françoise VERNAY                                                    (Photo Performing Arts)

Après toute une série de dates en 2018 /début 2019 ( d’ Aix en Provence à Roubaix en passant par Nantes et Montpellier) c’est en Mai que le spectacle SHEN YUN (« la Renaissance de 5000 ans de civilisation » ) revient à Paris , au Palais des Congrès, soutenu par sa réputation et par une campagne d’affichage plutôt large et séduisante!

A l’origine du projet SHEN YUN, et depuis 2006, on trouve la Compagnie PERFORMING ARTS, installée à New York et fondée par des pratiquants du FALUN DAFA  (parfois appelé FALUN DONG), qui est une discipline de méditation  » basée sur des principes d’authenticité, de bienveillance et de tolérance ». Loin d’être neutre, cette dimension spirituelle est importante et perceptible dans la présentation du spectacle.

Ce n’est évidemment pas un hasard si SHEN YUN, qui a pour ambition de renouer avec les arts et les  traditions culturelles de la Chine millénaire n’est ni né ( ni même toléré) en Chine. On sait que la Révolution Culturelle de MAO avait dès la fin des années 60 délibérément rompu avec ces pratiques et ces enseignements ( y compris la danse classique chinoise)… de ce fait menacés de tomber dans l’oubli . D’autre part, le FALUN DAFA est réprouvé au point d’être officiellement interdit depuis 1999 ( car jugé contraire et nuisible à l’image que les pouvoirs politiques souhaitent donner de la Chine). Les fondateurs et les artistes de SHEN YUN sont donc considérés comme des dissidents, et se disent d’ailleurs victimes de pressions et de harcèlement , y compris lors de leurs tournées dans les pays occidentaux.

Mais QUID du spectacle lui-même?  SHEN YUN  est construit comme une suite de scènes ( expliquées dans la langue du pays où il se produit) , d’une durée moyenne de 7 mn ).  Les thèmes abordés sont divers: légendes, mythes historiques, évocations plus sociales ou politiques etc…

Le support en est bien sûr d’abord la danse classique chinoise, très élaborée et codifiée        ( le moindre  geste est travaillé, chaque mimique est évocatrice des sentiments et de l’histoire contée )

La musique est également essentielle au spectacle , avec un orchestre symphonique composé d’instruments occidentaux auxquels s’ajoutent plusieurs instruments traditionnels chinois (pipa, erhu dizi etc…) et des chanteurs ( certains étant très renommés).

Le décor ( plaines mongoles, cour impériale…) compose avec la technique et la modernité, via un écran digital. Les costumes sont particulièrement soignés et travaillés, avec une quantité d’accessoires minutieusement choisis.

Critiques et spectateurs saluent unanimement le travail impeccable et la précision des artistes, ainsi que la beauté et l’harmonie de la mise en scène.  Beaucoup soulignent leur propre émotion et leur fascination , la plupart appréciant l’ occasion de voir un type de spectacle traditionnel jamais ou rarement proposé. Quelques critiques sont émises sur une certaine « répétitivité  » des chorégraphies et sur un côté un peu « vieillot » des présentations… et par ailleurs, quoiqu’ apparemment minoritaires, certains spectateurs sont un peu gênés par la dimension  » méditation » , trop sectaire à leur goût, de la prestation….

EN  PRATIQUE:  Le projet SHEN YUN est expliqué et détaillé sur internet ( site officiel de SHEN YUN et sites de Performing Arts)

On peut également y trouver les dates de représentation ( Palais des Congrès) ainsi que le prix des places ( assez élevé) et la réservation.

 

 

 

 

 

 

Par Françoise VERNAY

 

L’artiste plasticien Victor VASARELY ( 1906-1997 ),  hongrois naturalisé français, était partout dans les années 60-80 : façade RTL, logo RENAULT, pochette de disque de David BOWIE, mobilier urbain, posters de chambres d’étudiants… Il inspirait les papiers peints et un mobilier aujourd’hui vintage, tout comme les décors d’émissions télé. Il était à lui seul représentatif de cette époque rythmée et colorée . Puis il y  eut une sorte d’indigestion et ses illusions d’optique et ses créations géométriques  devinrent insensiblement moins tendance, puis très « datées », puis presque ringardes … Même la FONDATION  VASARELY d’Aix en Provence, ouverte en 1973, prenait ( littéralement )l’eau!….

Et voici qu’on  re découvre VASARELY et qu’on porte un regard renouvelé sur ses réalisations. 

La FONDATION d’Aix-en-Provence a ainsi retrouvé beauté et grandeur grâce à une rénovation radicale. Hebdomadaires et chaines de télévision consacrent ces temps-ci de nombreux articles et sujets au père fondateur du POP  ART  ( Art Optique). 

Surtout, le CENTRE  POMPIDOU  propose ( 6 fév – 6 mai 2019)  « LE  PARTAGE  des  FORMES », première grande exposition rétrospective des oeuvres de VASARELY depuis 1963. Les visiteurs peuvent y découvrir ou y retrouver environ 300 oeuvres emblématiques d’un artiste prolifique et éclectique. L’exposition dévoile les grandes étapes de la vie de Vasarely, depuis sa formation dans les traces du BAUHAUS  jusqu’à ses dernières innovations autour de la 4ème dimension ,en passant  par les années 30 où Victor VASARELY travaillait à Paris comme graphiste dans la publicité.

Bien sûr,  on peut voir des oeuvres de VASARELY ailleurs qu’à Paris ou Aix-en-Provence… Il est ainsi exposé en particulier à BUDAPEST ou  à GORDES….

 

 

 

Par Pascale GUISLAIN                                                                                     Photo Time Out Paris

 

Indéniablement, Jean-Michel BASQUIAT occupe une place à part dans l’histoire contemporaine de l’art. Décédé d’over dose à 27 ans , ce jeune noir de Brooklyn ( né de père haïtien et de mère porto-ricaine ) n’a pu exercer son talent que durant une dizaine d’années ( avec quand même, à son actif, 800 tableaux et 1500 dessins!). Il est pourtant considéré comme un artiste majeur du XXème siècle, peintre d’avant-garde populaire et pionnier de la tendance underground. Déjà connu et apprécié pratiquement  dès ses débuts, il est aujourd’hui universellement reconnu. Sa cote atteint d’ailleurs des sommets ( en 2017, un « tableau sans titre » de Basquiat s’est vendu 110,5 millions de dollars ).

C’est à la fulgurance de ce talent que la Fondation VUITTON rend hommage cet automne, en exposant Jean-Michel BASQUIAT. L’exposition parcourt, de 1980 à 1988, l’ensemble de la carrière du peintre, en se concentrant sur 120 oeuvres décisives.  Pour la première fois  les célèbres « HEADS » sont réunies, ainsi que des collaborations WHAROL-BASQUIAT, des toiles « mythiques » et aussi d’autres rarement vues en Europe.

L’exposition montre à quel point BASQUIAT a renouvelé la pratique du dessin et la conception même de l’art. Avec la rue ( de New York) pour premier atelier, mais par ailleurs doté d’une vraie culture artistique , il s’appuie sur un regard incisif, impitoyable et engagé ( l’absence des artistes noirs lui apparait par exemple comme une douloureuse évidence ). Des tags et  graffs (signés « SAMO ») de ses débuts, aux peintures sur toiles, aux collages , à la collaboration parfois exaltante avec WARHOL, BASQUIAT a presque tout vécu et presque tout réussi. En accéléré…

La vie de BASQUIAT est à l’image de son oeuvre. Attachante, riche, tragique, tantôt bénie des dieux et de tous, tantôt douloureuse… Paradoxale. Quelque part, le destin-éclair du jeune homme ajoute à la légende de l’artiste qu’il a toujours été.

Pour mieux connaître BASQUIAT, 2 films passionnants ont été faits, éventuellement à revoir en streaming:  » Radiant Child » en 2010  réalisé par Tamra DAVIS  et  le documentaire d’Arte « Noire est la couleur » en 2016 par GOLDSTEIN et SOUTIF .

ENFIN, POUR  LE  PLAISIR , voici quelques citations de BASQUIAT lui-même:

« En fait, je n’ai jamais fait de tags, j’ai fait de la peinture depuis mes débuts »

« Notre mémoire culturelle nous suit partout, où que l’on se trouve »

« Je fuis la logique linéaire de l’adulte pour m’approcher de la logique immédiate de l’enfant… J’aime les dessins d’enfants »

Photo Vogue

basquiat-radiantchild-vogue_opt

Photo ça c’est culte

Fort d’un succès croissant  tant pour ce qui est du public qu’auprès des artistes qui apprécient assez unanimement ce rendez-vous, le TOURCOING JAZZ FESTIVAL présente sa 32ème édition , annoncée « très colorée et métissée musicalement ».  Du 13 au 20 Octobre, les amateurs de jazz auront ainsi le choix entre les « valeurs sûres », artistes connus et confirmés et la découverte de jeunes talents ( ce qui fait partie de la « philosophie » des organisateurs)… un choix qui n’est pas exclusif, bien au contraire!

Une trentaine de concerts et spectacles sont programmés, entre le Colisée de Roubaix, le Théâtre Municipal Devos de Tourcoing, la Maison Folie du Jazz Club à l’Hospice d’Havré à Tourcoing et le Magic Mirror ( lequel , pour de nombreux spectateurs remporte la palme du charme!). Des vedettes venues présenter leurs nouveaux projets ( Anouar BRAHEM le 14 octobre, Chucho VALDES, André MANOUKIAN  pour ne citer qu’eux), des artistes fidèles au   Festival ou au Club de Jazz     ( Hugh COLTMAN, Vincent PEIRANI , Airelle BESSON par exemple), et puis des découvertes qui peuvent devenir « coups de coeur »  comme la chanteuse KIMBEROSE … le cocktail est prometteur!

L’ensemble de la programmation est consultable sur le site du Festival ( www. tourcoing-jazz-festival.com) ainsi qu’ une billetterie en ligne.

A ne pas oublier: le Festival organise en outre des actions spécifiques, comme le Jazz Tour la 1ère semaine d’octobre ( assuré par la trompettiste Airelle BESSON et l’accordéoniste Lionel SUAREZ) , un cycle JAZZ et LITTERATURE ( lectures autour du discours de Camus lors de la remise du Prix Nobel) et un partenariat avec le département Jazz du Conservatoire.

A consommer sans modération… Alors, à  vos agendas!

Photo American Airlines Arena

Après les Etats-Unis et l’Australie, Roger WATERS, le génie créatif de PINK FLOYD, a démarré une tournée européenne. Avec cette tournée (« US + THEM »), il passera par la France, à Lyon ( Halle GARNIER le 9 mai), à Nanterre ( U Arena les 8 et 9 juin) et à Lille ( Stade Pierre-Mauroy le 16 juin)…

Il y interprète des classiques de PINK FLOYD ( Wish you were there, The Wall, Animals, Dark sie of the moon…) ainsi que des chansons récentes de sa carrière solo. Quand on sait que les prestations de Roger WATERS en concert sont légendaires et sont des expériences sensorielles incroyables, on s’attend au meilleur ( ce qu’ont d’ailleurs prouvé les dates américaines et australiennes de la tournée).

Les fans connaissent le niveau d’exigence et de préparation de Roger WATERS, que ce soit pour la production visuelle ( de pointe) ou pour le système audio, toujours à couper le souffle!

Les billets se vendent vite… mais vu la dimension des lieux choisis pour ces concerts, des places peuvent encore être disponibles   ( vente en ligne).

On peut écouter sur YOUTUBE une intégrale du ( très engagé et très brillant ) live US+THEM aux USA ( durée 2h environ)

Les bonnes nouvelles de l’automne sont au rendez-vous, prêtes à être notées sur les agendas !

Le « ARRAS FILM FESTIVAL » en est une, qui se tiendra du 3 au 12 Novembre, écrin festif et qualitatif au « cinéma de France et d’Europe » attendu par un public sans aucun doute très nombreux. 

Comme chaque année ( c’est la 18ème édition), la Grand Place d’Arras accueillera l’essentiel de la manifestation, entre cinéma Movida et Village du Festival, même si des projections et rencontres se font aussi en d’autres lieux ( Casino, Théâtre d’Arras, Hotel de Guines etc…).

Les organisateurs publieront le programme le 5 Octobre, mais on peut bien sûr compter sur des avant-premières, des rétrospectives et des hommages, des découvertes, le Festival des Enfants etc….et sur des invités de choix , sans oublier l’attribution de l’Atlas d’ Or ( récompensant des longs métrages européens)

Le thème de cette édition 2017 sera « Révolutions russes, mythes et réalités »… illustré par une douzaine de films ( l’occasion de voir ou revoir des chefs d’oeuvre de TCHOUKRAI, EISENSTEIN, LEAN….).

Une adresse internet pour se tenir informé de la programmation et du calendrier: www.arrasfilmfestival.com , avec des informations régulièrement publiées sur la page facebook du Festival.

Cette année , c’est une oeuvre contemporaine que le   »LA  CANTARELLA » donnera en concert. 

Le MAGNIFICAT de John RUTTEL a en effet été choisi par le choeur arrageois et il est programmé le 5 Mai à Arras ( ainsi que le 13 Mai à St Pol sur Ternoise , le 14 Mai à Vimy , puis le 4 juillet à Douai) .

Grande cantate religieuse en 7 mouvements, inspirée de Bach, mais aussi de la prière Santa Maria et d’un poème anonyme (  » of a rose ») , l’oeuvre du compositeur contemporain britannique sera proposée dans sa version pour choeur, soprano soliste et orgue.

Les concerts seront donc dirigés par le chef de choeur de la Cantarella, Thomas FLAHAUW , assisté de Coralie DEFIEZ, avec la soprano Anne- Elly TEVI  et Denis TCHOREK à l’orgue.

On rappellera que la CANTARELLA ( 65 choristes amateurs) se consacre à la fois à la musique sacrée et profane dite  » classique »  ( de la Renaissance à nos jours) et à la musique « savante » des 20ème et 21ème  siècles , dans une exigence de qualité toujours affirmée et avec le souci de mettre aussi en avant des oeuvres peu connues ou rarement jouées.

« Ma Vie de Courgette » est un film d’animation  franco -suisse  ( durée 1ho6 ) réalisé par Claude Barras et sorti le 19 octobre sur les écrans français….Un petit régal!

L’HISTOIRE:   La vie ne se montre pas très douce avec le petit Icare (euh! pardon, avec Courgette, car il préfère qu’on l’appelle ainsi) : déjà, il n’avait pas de papa, et voici que sa maman (qui » buvait beaucoup de bière mais faisait de la bonne purée ») meurt accidentellement. Alors un flic gentil et intelligent (il y en a, même dans les films d’animation!) le conduit dans un foyer tenu par des éducateurs gentils et intelligents ( même remarque) où  d’autres gamin(e)s malmené(e)s  par l’existence essaient de se reconstruire une enfance. Et l’on plonge avec Courgette dans ce nouveau quotidien, fait de petits drames, de souffrances et de rigolades, de peurs et de tendresse, et aussi de blagues et d’humour!

Une émotion sans mièvrerie est au rendez-vous, pour les enfants ( à partir de 6/7 ans) comme pour les adultes. Le plaisir cinématographique aussi, car Claude BARRAS réalise une vraie prouesse ( 2 ans de travail quand même!),  en animant ses personnages comme s’il dirigeait des acteurs .

Les critiques ont encensé le film, les forums de spectateurs aussi….et pourtant, les cinémas ne le programment pas tous , loin de là! Sa place est même bien discrète sur les écrans de ces vacances de Toussaint…mais « Ma Vie de Courgette » vaut  un petit déplacement supplémentaire!

 

RESTEZ CONNECTE