Home Actualités AVEC « RAZZIA », NABIL AYOUCH INTERPELLE A NOUVEAU LE...

AVEC « RAZZIA », NABIL AYOUCH INTERPELLE A NOUVEAU LE MAROC….

Photo medias24

Après « MEKTOUB » ( record d’entrées au Maroc en 1997), « ALI ZAOUA  PRINCE de la RUE » en 2OOO, le poignant « LES CHEVAUX de DIEU » en 2012 et surtout le très polémique « MUCH LOVED » en 2015 ( interdit au Maroc pour « atteinte à l’image du pays »), un nouveau film du réalisateur franco-marocain Nabil AYOUCH est forcément un événement attendu, scruté et commenté….

Car revoici Nabil AYOUCH avec « RAZZIA », où il met une nouvelle fois en scène le Maroc, toujours avec le même mélange d’amour et d’inquiétude critique. Plus que jamais, le réalisateur se positionne sans concessions contre le rétrécissement de la liberté et des consciences, contre l’intolérance et contre un esprit répressif qui selon lui ne peut que déboucher sur la résistance et la révolte.

« RAZZIA » se situe à CASABLANCA ( la ville est d’ailleurs un personnage à part entière du film), entre passé et présent . Reliées sans le savoir, cinq destinées  se croisent dans ce « film choral ». Au-delà de leurs différences, les 5 personnages ont une même quête de liberté, une forme de résistance personnelle… et  sont peu à peu  gagnés par  une  révolte commune. Salima, Hakim, Joe, Abdallah, Ines… 5 visages, 5 trajectoires, 5 manières d’étouffer sous les préjugés et les diktats familiaux, sociaux ou religieux, 5  façons de réagir…que le réalisateur filme au plus près, avec intensité et sensibilité.

Le film démarre dans un village de l’Atlas en 1982, avec un instituteur passionné, victime comme ses élèves de la « pédagogie en marche forcée » alors imposée ( arabisation obligatoire, suppression de certaines matières etc…). Il se poursuit de nos jours, à  Casablanca donc ( ville qui inquiète autant qu’elle fascine Nabil AYOUCH ),  dans un contexte tendu, où épanouissement personnel et paix sociale apparaissent fragilisés et menacés.

Si « MUCH LOVED » avait fortement secoué le Maroc et suscité de graves controverses, « RAZZIA » a pu s’y tourner sans gros problèmes et sa sortie dans le pays a été autorisée . Le film y provoque certes discussions et critiques, mais enregistre par ailleurs de très nombreuses entrées.  En France, « RAZZIA  » est bien accueilli par la critique et les professionnels , mais sa diffusion reste limitée ( 108 salles au total et, par exemple, une seule salle qui  programme le film pour toute la métropole lilloise)… Beaucoup devront donc attendre une diffusion télévisée ( sur ARTE probablement?), ou avoir recours au streaming…

A noter que la musique choisie pour la bande son est remarquée et appréciée par la plupart des spectateurs.

pas de commentaires

Postez une réponse