Actualités fes Festivals & Musique

AUX MUSIQUES SACREES DE FES…L’AFRIQUE EN VEDETTE ET EN QUESTIONS

(photo Le Monde des Religions)

La 21ème édition des MUSIQUES SACREES de FES vient de se dérouler “au miroir de l’Afrique”…et c’est bien ce continent à la fois si riche et si chahuté qui a donné la tonalité des 9 jours du Festival….

Certes le thème était vaste, mais à défaut de résumer l’AFRIQUE, on peut l’évoquer, la célébrer, la chanter, la questionner…Comme on peut reconnaître et fêter les racines africaines de Fes ( et sans doute de l’humanité!) tout en s’interrogeant sur ses problèmes et son avenir. Sur tous ces points, FORUM et CONCERTS se sont parfaitement donné la réplique.

Ainsi, chaque matin , les jardins de BATHA ont été le cadre de tables rondes évoquant l’histoire ( les liens commerciaux et culturels entre Fes  et son sud africain visité et décrit par Léon l’Africain), mais aussi le pluralisme linguistique des nations africaines, et bien sûr les innombrables défis à affronter ( éducation, santé, information, accès à l’eau…pour n’en citer que quelques uns) . Plus de questions que de solutions sans doute, mais des “fragments de miroir” qui n’ont pas manqué d’intéresser et de faire réagir le public présent.

La programmation musicale jouait évidemment sur un registre plus festif.

La création “FES à la quête de l’Afrique”, spectacle d’ouverture grandiose, a mis d’emblée  la barre très haut et restera dans les annales du Festival de Fes. Car jamais BAB MAKINA n’avait été aussi belle que sous le jeu du mapping et des lumières mises en scène par Alain WEBER (et Christophe Olivier). Un magnifique écrin pour la fresque musicale évoquant l’âme de l’Afrique et ses héritages multiples, et servie par de grandes voix africaines .

Les concerts proposés durant tout le Festival ( concerts dans la ville, “grands” concerts du soir à Bab Makina, concerts sous le chêne de Batha ou concerts plus intimistes en Médina….) ont joué la carte de la diversité: pure tradition africaine( Les Masques de la Lune, les Musiciens du Nil…), musique d’origine africaine mais “exportée” par l’histoire des peuples ( Gospels, reggae, rythmes afro-cubains …), vedettes nettement plus “commerciales” comme Hussain Al Jassmi (péninsule arabique) ou Saber Rebaï ( Tunisie), la traditionnelle ( mais indispensable!) soirée arabo-andalouse, et bien sûr, quelques belles  découvertes ( par exemple les kurdes de l’ensemble PAYIZ) . Dommage que les orages aient joué les trouble-fête et conduit à annuler  une soirée très attendue, réunissant Oumou SANGARE et Tiken Jah FAKOLY !

Au total, une  trentaine de concerts ou moments musicaux ….et qui, pour certains, seront très bientôt évoqués sur culture-et-plus ! 

 L’heure du premier bilan a donc sonné pour la nouvelle équipe en charge des “Musiques Sacrées de Fes“…. un peu moins de monde semble-t-il ( à confirmer), quelques problèmes d’organisation :  des progrès sont vraiment à faire pour accueillir et informer le public, pour gérer l’entrée ( parfois un peu houleuse!) aux concerts, pour anticiper les aléas météorologiques ( ne peut-on  protéger de pluies annoncées les instruments , musiciens et chanteurs!?) , voire pour améliorer le contact avec la presse … mais un challenge 2015 globalement relevé…A suivre!…. Alors vivement l’édition 2016!!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Vous pourriez aimer ces articles

Afficher plus d'articles