Actualités Coups de coeur En Vedette

BECASSINE…DE LA NOSTALGIE A LA REHABILITATION ?

Bécassine était restée dans les placards de nos enfances…d’autant plus cachée qu’il n’était pas “politiquement correct” de l’aimer, voire de l’évoquer. Car il fut un temps où elle symbolisait tout ce que les bretons rejetaient question image et réputation et une petite finistérienne godiche ne pouvait décidément pas représenter la Bretagne!

Mais voilà...la petite héroïne a 110 ans, et l’heure semble venue de réviser son procès et de dissiper les malentendus. C’est ce que fait Anne GRIGNON dans l’OBS, reprenant l’ouvrage de l’historien Bernard LEHEMBRE  ( ” Bécassine, une légende du siècle” chez Gautier-Languereau en 2005 , réédité cette année).

Changement de lorgnette donc: si Bécassine fait toujours rire ou sourire, plus question de la cantonner dans le rôle de petite bonniche idiote de ses débuts! Des débuts qui sont pour beaucoup dans la mauvaise réputation de Bécassine: en février 1905, il y a urgence pour boucler le premier numéro de La Semaine de Suzette, car la page 16 est toujours vierge à la veille de la parution….Jacqueline Rivière, rédactrice en chef, griffonne donc un petit scénario et réquisitionne un jeune dessinateur , Joseph-Porphyre PINCHON ( un précurseur de la “ligne claire” en dessin), qui donne forme à une petite bonne femme vêtue de vert, coiffée de blanc et…sans bouche , ce qui fera jaser!! En moins de 3 semaines, c’est le succès, et durant 8 ans La Semaine de Suzette publiera 99 historiettes faisant rire aux dépens d’une pauvre Bécassine crédule, maladroite et pour tout dire, un peu demeurée. Le mal est fait, les bretons sont durablement mortifiés et en colère ( en 1939, la statue de cire de Bécassine sera saccagée au Musée Grévin).

Pourtant, dès 1913, Bécassine s’est métamorphosée! Si PINCHON est toujours au dessin, Maurice LANGUEREAU ( alias Caumery)  a remplacé Jacqueline Rivière au scénario…Il donne un “vrai” nom à Bécassine (Anaïs Labornez), une famille, une ville de naissance, bref une identité et surtout, un vrai rôle. Il fait évoluer Bécassine  dans le siècle et dans la société de l’époque. Elle parcourt le monde, exerce maints métiers, et traverse l’histoire. La voici infirmière, marraine de guerre, au volant d’une voiture ( pas si fréquent pour une femme à l’époque!), pilotant un aéroplane  ou encore éducatrice progressiste et tendre pour sa chère Loulotte ( ce que Françoise DOLTO elle-même avait noté!). Certes elle reste simple et naïve, mais le ridicule est bien plus du côté de son entourage, reflet instructif de ces décennies ( les “femmes du monde” face aux “congés payés” dans “Bécassine en roulotte” en sont un bon exemple! ) . Et voici  les “BECASSINE” devenus des  témoignages des mentalités et des relations de toute une époque!

On dit par ailleurs  qu’HERGE était un grand admirateur des albums de Bécassine et qu’il s’est inspiré de la frimousse de la petite bretonne pour dessiner le visage de son TINTIN…

38 albums de Bécassine ont été publiés entre 1913 et 1950 ( rééditions en cours ou annoncées)…. qui composent un inattendu livre d’histoire, et sont à la fois amusants et instructifs à relire sous cet angle!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Vous pourriez aimer ces articles

Afficher plus d'articles