(photo La croix)

 Victoire de la Musique en 2014 ( meilleur album de musiques du monde), le trompettiste Ibrahim MAALOUF n’en finit pas d’explorer, d’innover, de composer et de proposer. Artiste précoce et complet, il refuse d’entrer dans un moule ou une catégorie…Du coup, il parcourt le monde, travaille pour le cinéma ( il a créé la superbe bande originale  du film “Yves Saint Laurent” ), collabore avec des artistes aussi divers que Grand Corps Malade, Salif Keïta, Sting , Vincent Delerm ou Beyonce et compose sans relâche…

Parallèlement à son album “KALTHOUM”, celui qu’on qualifie parfois d’hyper artiste (le terme est plus flatteur et bien plus exact que “touche-à-tout”!) a récemment sorti ” RED and BLACK LIGHT”, conçu ” en hommage aux femmes de sa famille” et plus largement, “comme une ode à la femme d’aujourd’hui et à son rôle fondateur” (serait-ce un thème porteur ces temps-ci? en tout cas, ” Femmes Fondatrices” sera celui du 22ème Festival des Musiques Sacrées de Fes en mai 2016…).

On connaît la double culture musicale d’Ibrahim MAALOUF, à la fois formé, sur-diplômé et enseignant en musique classique, et spécialiste de la musique arabe, grâce à la trompette à quart de ton inventée par son père Nassim MAALOUF. On sait aussi combien  il s’attache à rendre apparemment simple une musique en fait extrêmement complexe et travaillée. C’est bien dans cette optique que se situe cet album, par ailleurs au son plus electro-pop que les précédents.

Pour la circonstance , Ibrahim MAALOUF est accompagné par Eric LEGNINI aux claviers, François DELPORTE à la guitare et Stéphane GALLAND à la batterie.

EN  PRATIQUE:

 “RED and BLACK LIGHT” est présenté  et en écoute sur   www.ibrahimmaalouf.com    et bien sûr présent sur DEEZER ou YOUTUBE

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Vous pourriez aimer ces articles

Afficher plus d'articles